Électronique imprimée, technologie verte

Paris, 9 et 10 septembre 2020
Accueil / Technologie / Environnement

l'électronique imprimée, un impact environnemental

L’électronique imprimée apporte des opportunités d’innovation et de différentiation pour de nouvelles générations de fonctions ou de produits.
Les processus de production, à température et à air ambiants, reposent sur des dépôts additifs de matériaux de très faible épaisseur et comportent un nombre réduit d’étapes. Cette industrie fait généralement appel à des salles propres peu consommatrices d’énergie électrique et d’eau.

L’électronique imprimée contribue à un impact environnemental dans tous secteurs de marché :

. dans le transport, gain de poids donc moins de consommation, plus de fonctionnalités dans un volume réduit.
. dans le bâtiment, intégration facile aux environnements existants.
. dans l'agriculture, films photovoltaïques souples intégrables dans les serres.
. dans le luxe, packaging intelligent et recyclable.
. dans la santé, traçabilité de médicaments à moindres coûts

Une journée Rencontres ELECTRONIQUE IMPRIMEE va traiter des applications ce sujet

 

Au cours des dix dernières années, les principaux acteurs de la chimie organique ont largement investi dans la R&D pour créer les nouveaux matériaux basés sur les propriétés semi-conductrices des matériaux organiques et des polymères destinés à l’électronique imprimée : grande surface, mince, légère, flexible et prochainement transparente.



Les entreprises qui fabriquent les produits basés sur l’électronique organique attachent une grande importance aux aspects environnementaux.

L’électronique imprimée laisse une faible empreinte carbone : le procédé de fabrication s’appuie sur des solutions employées à la température ambiante et à l’air ambiant en utilisant des matériaux transformables en solution.  

Cette industrie fait généralement appel à des salles blanches de classe 10 000 peu consommatrice d’énergie électrique et d’eau. Les processus de fabrication reposent sur la déposition de matériaux d’une épaisseur de seulement quelques dizaines de nanomètres (soit de très faibles quantités de matériaux) et comportent également un nombre réduit d’étapes (typiquement 5 à 6).

En outre, l’électronique imprimée utilise le plastique (potentiellement recyclé ou à base de cellulose), des substrats de verre ou des matériaux non toxiques. 

Plan du site | Mentions légales